Archives pour octobre, 2011

Patricia Couture-Gurkovska

vendredi, 14 octobre 2011

BESOIN D’UNE CINQUIEME SAISON

C’est finalement un entrefilet vantant le coffret DVD des Artisans du changement dans la rubrique cinéma de mon Marie-Claire…d’octobre qui m’a fait sortir de ma torpeur estivale. L’été n’en finissait plus de sévir dans les Balkans.  Même ici au cœur du petit village de montagne ou nous tentions de fuir, ma Bedaine et moi, la capitale dont s’emparait un quatrième mois de ciel implacablement bleu et de températures dépassant les 30 degrés. Depuis dix ans que je ne suis plus enseignante, je m’exile des villes des début aout, où tout n’est déjà que rentrée scolaire, et peux ainsi prolonger mon été de deux bons mois, dans une sorte de cinquième saison (allez, prenez le temps de l’écouter). Mais je pense toujours bien à vous, parents consommateurs malgré vous, pris dans la spirale infernale des cris réclamant le dernier modèle de cartable ou de sac-à-dos, la liste surréaliste des fournitures exigées et le concept bien réel de votre budget. Vous est-il resté un ou deux neurones valides cette année, dans ce qui est officiellement la deuxième période de shopping la plus intense après Noël, pour rechercher, en plus, des crayons et cahiers aux labels écolos ? Vous êtes-vous demandé, dans un dernier sursaut de lucidité au milieu du Wall Mart, si votre rentrée était durable ? Vous l’avez trouvée surement bien gentille cette dame qui disait sur Europe 1 que le produit le plus écolo est encore celui qu’on n’achète pas… On s’en reparlera à la première rentrée de Bedaine dans six ans…

En attendant, bien calée dans mes coussins, le soleil rougeoyant sur les montagnes Pirin caressant mes jambes surélevées, j’étais absorbée par les nouveautés beauté, les colorations de saison, la mode, horrible, de cet automne, idéale quand on ne pourrait de toute façon entrer dans aucun de ces modèles. Bref, j’évitais soigneusement tout sujet qui fache – faudrait faire de courses, qu’est-ce qu’on va manger, t’avais pas un blogue à bloguer ? – dont le toujours sirupeux reportage bien-pensant sur l’horrible sort des femmes afganes ou sud-africaines, inondé de pubs pleine page de porno-chic Chanel ou Gucci. (Quand-même, le sujet de celui d’octobre est tout- à -fait sustainable chic.)

Mais en voyant MES Artisans du Changement me relancer via un magazine français, je compris que les vacances étaient finies. Las ! Par où commencer et surtout, comment débuter sur une note guillerette et positive  alors que depuis ma dernière entrée en mai dernier il y a eu (et il y a toujours) Fukushima et la famine de la Corne d’Afrique ? Que se succèdent fuites et déversements de pétrole en tous genres, la dernière catastrophe touchant la Nouvelle-Zélande ? Que la fonte des glaces de l’Arctique atteint un niveau historique et que l’on parle d’un point critique pour les débris spatiaux, ceux qui nous tombent sur la tête n’étant pas les plus dangereux. Et oubliez la dette américaine, on apprend qu’encore cette année et ce depuis plus de trente ans, c’est l’ensemble des Terriens qui finissent leur année à découvert et qu’il faudrait en fait 1,2 a 1,5 Terre pour assumer  aujourd’hui les besoins de l’humanité.  Enfin sans surprise on annonce la localisation d’un nouveau Continent Plastique, ces véritables poubelles compactes formées par les courants s’étendant sur des milliers de kilomètres de large de long et de fond dans nos océans. Après la Great Pacific Garbage Patch, voici la  Great Atlantic Garbage Patch, aux dimensions équivalentes à celles du Texas…

C’est pourquoi je compte sur la série et sur ces extraordinaires Artisans pour faire rejaillir l’espoir et donner l’exemple à Bedaine, qui vient de frapper trois petits coups sur le plafond de sa « chambre » (pour la touche guillerette), et à qui il faudra bientôt expliquer tout cela… Bonne saison!